Cosmétique : décrypter la liste INCI Partie 1

ateliersaunaturelBLOG, Conseils au naturel

inci

INCI, ingrédients : décrypter la composition d’un cosmétique

  1. De quoi est composé un cosmétique ?

 Tout cosmétique, naturel ou non, est formulé de la même manière : il s’agit d’émulsionner une phase aqueuse et une phase huileuse, grâce à un émulsifiant. Si la formule contient de l’eau, il faut y ajouter des conservateurs. On lui ajoute aussi généralement au moins un actif et du parfum.

On trouve donc dans un cosmétique (par ordre d’importance) :

Huiles et/ou eaux :  ingrédients les plus présents
Emulsifiants 
Conservateurs et parfums 
Actifs :  pourcentage en général le plus faible dans la formulation d’un cosmétique traditionnel, industriel.

  1. Savoir ce que contient un cosmétique
Cherchez l’INCI

Pour savoir ce que contient vraiment un cosmétique, il faut trouver l’INCI, l’International Nomenclature of Cosmetic Ingredients, c’est-à-dire la liste de tous les ingrédients que contient le cosmétique.

L’INCI se cache bien et il faut parfois jouer au chat et à la souris pour la trouver : cette liste d’ingrédients peut être sur le côté du cosmétique, en dessous, sur son emballage, à l’intérieur d’une étiquette ronde bien collée sous le cosmétique…

L’INCI doit suivre quelques principes :

– La plupart des ingrédients sont nommés en anglais scientifique sauf les  ingrédients végétaux qui sont notés en latin, pour faciliter leur compréhension par tous.

– Les ingrédients sont indiqués dans l’ordre décroissant de concentration (en pourcentage). L’eau apparait souvent en premier sous le terme ‘aqua’, car c’est l’ingrédient le plus présent.

– On cite tous les ingrédients jusqu’au dernier, mais quand les ingrédients sont dosés à moins de 1% dans la formule, ils peuvent être notés dans le désordre. Ceci permet de mettre en premier un actif, par exemple l’extrait de propolis concentré à 0,03% alors qu’un conservateur plus fortement dosé, à 0,9%, sera mis en dernier par le fabriquant.

– Il n’est pas obligé de mentionner la composition du parfum ou fragrance (on ne sait donc pas si les ingrédients utilisés sont problématiques ou non)

– Les colorants apparaissent avec un numéro commençant par CI, par exemple :  CI131456

– Les allergènes possibles doivent être mentionnés, tels que le linalol, le géraniol…

  1. Quels sont les ingrédients les plus problématiques ?

Voici une liste, non exhaustive des ingrédients les plus problématiques. La dernière colonne indique les effets indésirables possibles.

Ingrédients les plus problématiques contenus dans les cosmétiques
Où les trouve-t-on ?
Rôles
 
Effets indésirables possibles
Huiles minérales
= minéral oil
Pétrolatum, paraffinum, vaseline, cera microcristalina
Cosmétiques, parfum, alimentation… Agent de texture, solvant, agent hydratant (par occlusion) / Se déposent sur la peau sans rien lui apporter ; Issues de la pétrochimie, polluantes, comédogènes, suspectées de provoquer le cancer 
BHA
BHT
Cosmétiques, vernis à ongles, déodorants, parfums mais aussi jouets, alimentation Conservateurs, anti-oxydant Perturbateur endocrinien, interfère avec l’activité hormonale oestrogénique.
Se fixe sur les tissus (notamment sur le fœtus) et risque d’endommager les cellules
Cancérogène possible pour l’homme
Parabènes
Ethylparabène, hydroxybenzoate d’éthyle
Ethylparabène sodique, hydroxybenzoate d’éthyle 
Cosmétiques, soins divers, médicaments mais aussi alimentation (sous les noms E214 à E219) Conservateurs, anti-oxydant Perturbateurs endocriniens
Dans les cosmétiques et les médicaments, ils pénètrent facilement et vont directement dans le sang.
Triclosane Produits d’entretien ménager,cosmétiques, dentifrice, déodorant Conservateurs, anti-oxydant Perturbateurs endocriniens  ; interfère avec les sécrétions des hormones thyroïdiennes, néfaste pour l’environnement ; cancérigène associé au chlore libre de l’eau du robinet
Laureth sulfate de sodium (en général, les noms qui comportent le suffixe–eth) 
PEG ou Polyéthylène glycol
PPG ou Polypropylène glycol, Hydroxypropyl, polysorbate
Cosmétiques, gel douche, shampoings Emulsifiants et les tensioactifs Mode de production dur pour l’environnement (la base est un gaz de combat), dangereux pour la santé participe au développement du cancer ; dangereux pour la reproduction et le fœtus, s’accumule en grande quantité dans l’environnement
Les éthers de glycol :
Phénoxyéthanol,
Ethylène glycol, diéthylène glycol, triéthylène glycol, propylène glycol, EG, DEG, TEG, PG…
Cosmétiques, produits ménagers, désodorisants Emulsifiants et les tensioactifs Peuvent être dangereux pour la reproduction, risque de malformation de l’enfant par exposition de la mère, irritants, peuvent pénétrer au travers de la peau et aident les substances à y pénétrer
Soduim lauryl sulfate, SLS, sodium laureth,
Amonium lauryl sulfate (ALS) dodécylsulfate de sodium (SDS)
Savons, shampoings, lessives, dentifrices, gel douche Tensioactifs, pouvoir émulsifiant, détergent et moussant Agents irritants et potentiellement allergisants, desséchant pour la peau; Peut causer des affections de la peau, des ulcères aphteux 
Quats et polyquats
Quaternium et polyquaternium
Cosmétiques Antistatiques des produits pour cheveux, facilite le démêlage Libèrent du formaldéhyde (formol), irritant, polluant, allergie
EDTA, disodium EDTA, Trisodium EDTA… Cosmétique, alimentation Pour une mousse abondante, antibactérien, stabilisant, conservateur Piègent les métaux lourds et comme ils sont peu dégradables, on peut les réabsorber via l’eau du robinet ; se fixent sur les tissus
Les silicones
se terminent par –one ou –ane
ex : dimethicone
= matières plastiques, cosmétiques, maquillage très employés dans les shampoings et après-shampoings Pour une texture souple et douce d’un cosmétique, lisse le cheveux Matière 100% synthétique
Accumulation dans l’environnement car peu biodégradables
Sels d’aluminium
Chlorhydrate d’aluminium
Cosmétiques, déodorants Anti-transpirants Toxicité nerveuse, participe au développement des maladies dégénératives comme Alzheimer ; pourrait favoriser l’apparition de cancers du sein ; passe dans le placenta et met en danger le fœtus ; élimination longue de l’aluminium, donc risque d’accumulation
Phtalates, surtout DBP, BBP, DEHP Cosmétiques, vernis à ongles, déodorants, parfums mais aussi jouets, textiles Evite que les vernis à ongles ne s’écaillent ; prolongent les actions des déodorants et parfums, améliore la tenue des colles et peintures Assouplit les plastiques  Perturbateurs endocriniens
Favorisent l’infertilité chez l’homme, l’apparition précoce de la puberté chez la fille. Agissent sur la thyroïde en inhibant les hormones thyroïdiennes ; favorisent l’asthme et divers troubles respiratoires 
4-MBC (4-méthylbenzylidène camphre), benzophénones Crèmes solaires, cosmétiques Filtres anti-UV Perturbateurs endocriniens modérés, selon l’exposition, peut provoquer des infertilités. En cas de baignade dans l’eau de mer, cela laisse des résidus chimiques importants / perturbateurs endocriniens des poissons et mollusques, blanchiment des coraux 
  1. Que faire lorsqu’on achète un cosmétique ?

Lorsque vous achetez un cosmétique conventionnel, posez-vous les questions suivantes :

1. Le produit met-il en avant un de ses ingrédients ?
Méfiez-vous en regardant sa place dans la formule ; vérifiez la place des plantes (noms latins) dans la formule, elles doivent figurer dans les 4 ou 5 premiers ingrédients

2. Le produit contient-il des huiles minérales ?
Petrolatum, paraffinum, cera microcristalina : cela n’apporte rien au cosmétique, sinon de couvrir la peau d’un film irrespirable.

3. Le cosmétique contient-il des substances potentiellement irritantes et dangereuses ?
Cherchez les BHA, BHT, parabènes, triclosane, laureth sulfate de sodium, PEG ou Polyéthylène glycol, PPG ou Polypropylène glycol, Soduim lauryl sulfate, SLS, SDS, EDTA, les silicone se terminant par –one ou par –ane.

4. Le prix n’est-il pas exagéré compte tenu de ses ingrédients ?
Un produit cosmétique de 50 ml, même bio et naturel ne devrait pas dépasser 60 euros…

5. Faites confiances aux labels bio
Les cosmétiques qui ont un label bio sont formulés pour minimiser leur impact toxique sur la peau et sur la planète. Ils ont une formulation plus saine que les cosmétiques traditionnels.
Quelques labels bio : ECOCERT, COSMEBIO, BDIH, Soil Association, la mention Nature et Progrès